Retour vers la page « la science aujourd’hui ».

 

Les bords des trous noirs

Nous finirons par savoir à quoi ressemblent les bords du trou noir situé dans notre galaxie. En effet, depuis le 05 avril 2017, une équipe de scientifiques peut se servir d’un télescope capable de zoomer sur cette partie de l’univers et celui-ci en donnera à terme une image d’une précision à ce jour inégalée. Elle espère dessiner les contours de l’horizon gravitationnel, celui qui sépare la partie observable ce celle qui ne l’est pas.

 

En réalité, dans le champ de vision de ce nouveau télescope se trouvent deux trous noirs supermassifs : celui situé au sein de la voie Lactée et celui de la galaxie voisine M87. Les scientifiques ont bon espoir de visualiser la lumière émise par les halos de gaz entrainés par ces trous noirs.

 

Ce nouveau télescope n’est –à vrai dire- pas un télescope au sens habituel du terme, mais un ensemble de radiotélescopes reliés par un réseau couvrant l’ensemble du globe terrestre.

 

Ces régions de l’univers ont été observées en 2017 pendant cinq nuits au cours d’une période de dix jours. Les résultats sont désormais en partie accessibles sur le site officiel du Event Horizon Telescope (lien externe).

 

C’est la première fois que l’observation peut venir au secours des théoriciens ; et ce n’est pas un progrès anodin. La compréhension de ce qui se passe aux abords, à la surface et au-dedans d’un trou noir motive la recherche depuis des décennies, voire des siècles. Pressenties par Laplace, les trous noirs ont réellement commencé à attirer l’attention grâce aux prédictions de la théorie de la relativité générale (A. Einstein). Les travaux de Hawking ont amplifié l’intérêt pour ces étrangetés cosmiques.

 

Si leur existence est encore annoncée comme incertaine dans certains ouvrages académiques de 2013, les observations récentes réalisées dans le cadre de l’expérimentation LIGO ont revivifié les esprits et les débats. Il se trouve que, pour quelques auteurs, ces étranges concentrations de matière pourraient constituer un terrain idéal pour tester les théories de gravité quantique (lien externe Wikipédia FR) ; même si personne ne sait encore exactement (i) si de telles théories sont réellement nécessaires, (ii) ni vraiment sur quels principes essentiels les bâtir (voir par exemple l’article dédié au sujet sur ce site).

 

La proposition dite GTR2 propose depuis peu un premier scénario semi-classique sur l’évolution des trous noirs.

 

© Thierry PERIAT, 7 mars 2019.

 

Source : cet article est une adaptation d’un texte lu dans la revue en ligne [[https://www.sciencenews.org/blog/science-ticker/event-horizon-telescope-try-capture-images-elusive-black-hole-edge]].