Retour vers la page : « Applications » des méthodes de décomposition.

 

 

Ce nouveau document continue d’analyser la coïncidence entre les solutions de Bowen-York pour le problème des données initiales laissé derrière elle par la théorie de la relativité/gravitation (A. Einstein). Il réinterroge le cheminement ayant mené à sa découverte (voir aussi le document Einstein-Rosen revisité) et reprend la démarche suivie par J. W. York Jr pas à pas. L’exemple des trous noirs en trompette sert de support à la vérification et à l’analyse.

 

Il permet de conforter les premiers acquis et introduit des outils mathématiques intéressants. Parmi eux : une représentation matricielle des dérivées covariantes d’un vecteur dans une connexion donnée et une représentation matricielle d’une dérivée de Lie d’une métrique symétrique par rapport à un vecteur donné. Les tables de Pythagore bâties autour du produit tensoriel classique et de la quantité de mouvement jouent ici aussi un rôle fondamental.

 

L’exposé entrouvre des perspectives prometteuses à ceux qui sauront en faire usage ; notamment pour ce qui concerne la notion de dérivation. Il poursuit aussi à sa façon le travail sur l’involution des produits vectoriels déformés.

 

Du point de vue expérimental, il convient de noter la parution récente de l’imagerie obtenue grâce au Event Horizon Telescope (EHT – lien externe Wikipédia-FR) ; voir sur ce site la page : Les bords de notre trou noir.

 

Bonne lecture.

 

© Thierry PERIAT, 05 juin 2019.                                                                                       Cette page fait partie de la publication en ligne ISSN 2629-0049

 

Une analyse des trous noirs de Bowen-York, 12 pages, ISBN 978-2-36923-117-2, EAN 9782369231172.