En réalité, ce document très technique et d’une quarantaine de pages étudie dans quelle mesure certaines décompositions triviales peuvent ou non être des éléments de l’algébre de Lie du groupe des transformations de Lorentz.

Il commence d’abord par justifier le formalisme obtenu via la méthode extrinsèque appliquèe à la loi de Lorentz-Einstein pour les champs électromagnétiques.